Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

GOUVERNEMENT MONDIAL

Le gouvernement mondial maintenant bien établi, c'est un secret de polichinelle. Un gouvernement invisible, un ensemble de groupes et des réunions pour influer sur les décisions les politiques partout dans le monde : Bildegerger Club, Commission Trilatérale, CFR, G8...
– David Rockefeller le disait : “Pendant plus d’un siècle, des idéologues extrémistes des deux côtés du spectre politique ont utilisé et instrumentalisé des incidents tels que ma rencontre avec Castro afin d’attaquer la famille Rockefeller et son influence qu’ils clament que nous avons sur la société américaine, sa politique et ses institutions économiques. Certains croient même que nous faisons partie d’une cabale secrète et travaillons contre les intérêts des États-Unis, caractérisant ma famille et moi-même comme étant des “internationalistes” et de conspirer avec d’autres dans le monde afin de construire une structure globale politique et économique plus structurée, un monde unique si vous voulez. Si ce sont là les accusations, alors je suis coupable et fier de l’être.” (citation tirée de ses propres mémoires). Et de rajouter : “Nous remercions le Washington Post, le New York Times, le Time magazine et leurs directeurs qui ont participé à nos réunions (Bilderberg) et ont respecté leurs promesses de discrétion pendant près de quarante ans. Il nous aurait été impossible de développer notre plan pour le monde si nous avions été soumis aux feux de la rampe durant toutes ces années. Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à marcher vers le gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est sûrement préférable à l’auto-détermination nationale pratiquée ces derniers siècles.”

Bilderberger' Club est le groupe qui a commencé à se réunir dans un hôtel de Bilderberger ;
Du 31 mai au 3 juin 2011, une rencontre du Club Bilderberger a eu lieu dans les environs de Washington D.C. Le lieu de rencontre a été l’hôtel Westfields Marriott à Chantilly, qu’on avait déjà utilisé à plusieurs reprises. La sécurité des environ 120 participants a été garantie par la présence usuelle des forces de sécurité. En plus, l’hôtel de luxe est entouré d’une forêt, et bien caché. Cette fois, à part de nombreuses décisions considérables, Obama recevra les ordres pour sa prochaine présidence de Rothschild et de Rockefeller. Le nouveau président des Bilderberger est maintenant Henri de La Croix de Castries, chef de la direction (CEO) du groupe d’assurance français AXA. Rothschild et de Rockefeller sont aussi des membres fondateurs de la Commission Trilatérale (Amérique-Europe-japon)... voir l'organigrame de tous les organismes

Le but de ce qu'on appelle le Nouvel Ordre Mondial (WNO) était l'établissement et l'acceptation du Gouvernement mondial. Le G-7, devenu G-8 avec la Russie, puis G-9 avec la Chine et maintenant G20 en 2010, représente la coalition de chefs d'États sous la gouvernance de groupes d'intérêts privés, et d'experts présents lors des "sommets" interdits à la Presse. Lors du dernier G20 a lieu à Séoul en novembre, Nicolas sarkozy prétend refonder le Système Monétaire International (SMI), qui remonte aux accords de Brenton Wood de 1944... alors que les États-Unis n'hésitent pas à recourir à la planche à billets pour relancer leur économie, sachant qu'ils font peser leur déficit public sur les autres pays (à cause de la prépondérance de la FED et du dollar).

Créé en 1975 pour discuter «informellement» de la stabilité économique et financière internationale, ce club très fermé a progressivement élargi son champ de compétences à tous les grands problèmes mondiaux : guerre, terrorisme, SIDA... etc. Ses recommandations sont mises en œuvre par les institutions internationales que sont le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (les pays riches qui le composent en sont les actionnaires majoritaires), ou par l'organisation mondiale du mercandishing : l'OMC.

Le G-8 joue, de fait, le rôle de gouvernement du monde, sans aucune légitimité.

Il n'est pas mandaté par les peuples de la planète, mais impose pourtant ses choix et oriente la marche du monde.... en s'appuyant sur le complexe militaro-industriel.

Il met en œuvre des politiques néo-libérales qui accélèrent la concentration des richesses au profit d'une poignée de détenteurs de capitaux, qui précarisent l'emploi et les conditions de vie de la grande majorité des peuples et favorisent les exclusions culturelles et la destruction de l'environnement.

Alors que le G-8 refuse de lutter réellement contre les fraudes financières, le blanchiment d'argent et les pavillons de complaisances, il légitime, au nom de la lutte contre le terrorisme, la guerre, le militarisme et la répression.

Il prétend vouloir lutter contre la pauvreté dans le monde. Pourtant, son programme de réduction de la dette des pays pauvres s'est avéré totalement insuffisant, tout en imposant des conditions inacceptables.

Les plans du FMI réduisent des pays à la faillite, comme l'Argentine. La libéralisation commerciale, sous l'égide de l'OMC, se révèle chaque jour plus défavorable aux pays du Sud, tandis que le programme de lutte contre le SIDA et d'autres pandémies reste loin des besoins et des possibilités. Enfin, le G-8 n'a encore pris aucune mesure sérieuse de protection de l'environnement et de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Le G-8 est illégitime !

Face au G-8, depuis une quinzaine d'année, les mobilisations se multiplient partout dans le monde. En Europe, en 1989 à Paris et en 1996 à Lyon, en 1998 à Birmingham et 1999 à Cologne, des dizaines de milliers de manifestants ont exigé l'annulation de la dette des pays pauvres. En 2001, 300 000 personnes manifestaient à Gênes en dépit de la répression policière qui a entraîné la mort de Carlo Giulliani, un jeune militant italien... Le consensus de Washington est un corpus de mesures standard appliquées aux économies en difficulté face à leur dette par la Banque Mondiale et le FMI...

Le sommet du G-8 s'est donc tenu à Glenagles en Ecosse, début juillet 2005, sous la pression du public en faveur des pays pauvres, en particulier africains. Mais, comme il a été perturbé par des «attentats terroristes» à Londres, on peut se demander qui avait intérêt à faire cela ; pour que Bush fasse accepter sa guerre contre le terrorisme, la «stratégie de la tension» consiste ici à maquiller les crimes des services secrets en «actes terroristes» :
Les dirigeants de la Coalition ont saisi l’occasion des attentats de Londres pour, une fois de plus, dénoncer un complot islamique mondial et appeler à la guerre au terrorisme. Pourtant les faits parlent d’eux-mêmes : l’opération a été organisée sous couvert d’un exercice anti-terroriste auquel participaient les forces de l’ordre britanniques. Comme dans les années 80 au cours desquelles les services secrets anglo-saxons organisaient des attentats meurtriers en Europe pour inspirer la crainte du communisme, un groupe militaire anglo-saxon active aujourd’hui la stratégie de la tension pour provoquer le « clash des civilisations ».

Depuis Adam Smith, chacun sait qu'une "main invisible" gouverne l'économie. Tout le monde doit se résigner à accepter l'"économie de marché", puisque ce sont les "marchés" qui dominent l'économie et, par conséquence, la politique. La science économique resterait inaccessible au simple citoyen, tandis que, de plus en plus, la crise économique s'aggrave.

Le dernier G20 qui a eu lieu à Nice en 2011 sous la présidence française a été une fanfaronnade qui a mis en avant la crise de l'euro pour ne pas avoir à faire ce qui était réclamé et prévu : la réforme du système monétaire international qui avantage injustement le dollar, la fin des paradis fiscaux et une véritable réglementation financière contre la spéculation financière et le second marché.

Spectre : un mot déjà utilisé à cette fin au cinéma, dans un film où James Bond 007 se bat contre le Spectre d'un gouvernement mondial dictatorial !!! Retour

 
 
Une interface créée par :