Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

L'EUROPE : UNE VRAIE DICTATURE

Le traité de Lisbonne est illégal et illégitime

La Communauté Européenne n'a plus de fondement ni de légalité après les refus français, néerlandais et irlandais depuis le 13 décembre 2007 : on nous a ressorti ce traité modifié (sans la Charte des droits fondamentaux) à Lisbonne. OUI, ce traité est illégal ! De plus, l’adoption du traité de Lisbonne est ANTICONSTITUTIONNELLE !

Ce "traité modificatif" du précédent TCE devait être ratifié de façon unanime par les Douze États européens pour être valide. Obstinément anti-démocratique, Nicolas Sarkozy n'a pas dédaigné passer par la voie référendaire (il avait peur d'être désavoué comme Chirac l'a été en juin 2005) et l'a fait ratifier par la voie parlementaire. Ainsi, le pouvoir absolu en France, chaque jour plus autoritaire,  veut priver les citoyens de leur droit imprescriptible de décider de leur avenir. Il a même fallu modifier la Constitution française, le 4 février 2008 à Versailles. On nous l'a déjà changée 23 fois ! Les Français fidèles à la souveraineté populaire et nationale, républicaines et progressistes, n'ont pas de Parlement pour le défendre. Quand la voix des Français est ainsi muselée, et que le chef d'État se conduit en dictateur, la classe politique devrait réagir.

Nouvel échec en 2008, mais l'Union Européenne a fait revoter les Irlandais, les seuls qui n'avaient pas ratifié ! Après celui de la France, le Non du peuple irlandais au "nouveau" traité européen a mis en échec les protagonistes de l'Europe de l'économie de marché et du néolibéralisme. Il n'y a pas eu d'accord unanime, comme cela se doit en Europe. On a donc un coup de force totalitaire, et on nous ment sans cesse. La preuve :

1. On nous a menti (€ 56 millions dépensés en propagande mensongère) car ce traité reprend les principes de celui rejeté en 2005 par les Français. Citons, par exemple, l’article 105, maintenu dans ce Traité, sur le fonctionnement de l’Union européenne, qui affirme «le principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre et non faussée». De plus, pour éviter toute fausse interprétation, le protocole n°6 indique «le marché intérieur tel qu’il est défini à l’article 3 du traité sur l’Union européenne comprend un système garantissant que la concurrence n’est pas faussée». Or, cet article 3 porte justement sur les objectifs de l’Union. C’est ainsi que la concurrence non faussée est réintroduite là où elle semblait avoir disparu. De plus, il y a des nouveautés qui sont anti-laïques car notre droit ne se fonde pas sur «l'héritage religieux».
2. Il y a des restrictions au droit à la vie privée des citoyens, car il n'est plus garanti «hors de l'espace européen», pour prendre l'avion... mais aussi au sujet des données bancaires : on l'a vu avec l'affaire SWIFT.
3. La Charte européenne n'est pas «une avancée», comme on le prétend et le Parlement européen n'a pas de pouvoir législatif, c'est la Commission qui a l'initiative. Il n'y a pas séparation des pouvoirs, ce n'est pas démocratique.
4. On y a introduit en douce l'AMI, c'est la fin des services publics. Ce sont des méthodes anti-démocratiques !

"Le Bureau politique des commissaires européens pousse systématiquement ce qui devait être une simple association économique d’États européens démocratiques vers une dictature au pouvoir centralisé (le pseudo-Parlement n’étant que décoratif) pesant sur les États membres, selon le modèle communiste (Comité central)" ...Suite.

  • L'adoption du traité de Lisbonne ôte au peuple toute souveraineté.
    Déjà pour le référendum du Traité de Maastricht, notre Constitution fut révisée en 1992, et le 25 janvier 1999 pour y ajouter des dispositions permettant de ratifier le traité d'Amsterdam.
    Le 25 mars 2003, avec la révision pour le mandat d'arrêt européen, la Constitution de la République a déjà été vidée de sa substance et une nouvelle révision l'achèverait le 1er mars 2005 pour le traité établissant une Constitution pour l'Europe ? Les grands commis de l'État nous ont trahis : (vidéo)
    Mais comme le peuple l'a refusé par référendum en 2005, cette Europe constituée sans aucune légitimité ne vaut rien !

  • L'information donnée par les médias sur ce traité établissant une Constitution pour l'Europe fut tendancieuse, avec leur discours pour la ratification de ce Traité de Lisbonne, niant la nature profondément destructrice des politiques néo-libérales qui sont menées en Europe depuis plus de 20 ans. Les annexes du Traité rendent caduque la Charte des droits fondamentaux. Proférant des contre-vérités («la politique pour l’emploi comme priorité», une «Europe indépendante et démocratique»), les tenants du oui n'ont pu donner de citations du texte pour argumenter. Ils tolèrent les inégalités en considérant qu'on ne peut se soustraire à "l'économie de marché" et au "libre-échangisme" (diktat nord-américain), mais la crise de l'euro prouve qu'il faut en sortir.

  • C’est ce type de prise de position des gens de pouvoir que les citoyens ne supportent plus : l’argument d’autorité assené par des élites déconnectées des réalités sociales, sensée savoir ce qui est bon pour nous. Dorénavant, il n'est plus question de droite ou de gauche, mais de l’acceptation ou non des valeurs néo-libérales et de l’incapacité à proposer de véritables politiques économiques alternatives : cette réduction à une politique de stabilité des prix et des déficits publics limités à 3% que cherchait à constitutionnaliser le TCE, représente un carcan intolérable, vu l'étau dans lequel se trouve coincé l'Union Européenne au point de vue économique et monétaire. L’Union Européenne est manifestement une construction ratée.
    NICOLAS DUPONT AIGNAN demande à L'assemblée Nationale pourquoi le président de la République française signe un traité identique à celui refusé par la voix du peuple (video). Il n'a pas eu de réponse, il n'y en a pas aux bonnes questions et c'est la tyrannie qui règne...

www.mediapart.fr:le-secret-des-affaires-un-intense-lobbying-dans-les-couloirs-de-bruxelles

2017, J-L Mélenchon se présente aux élections présidentielles ; il ne faut pas rater cela !

Nette confirmation du totalitarisme européen
C'est un coup d'Etat constitutionnel

Tous les gouvernements fédéralistes et tous ceux qui refusent la souveraineté populaire et qui avaient encensé le projet de constitution (V. Giscard d’Estaing, en tête), se déclarent plus que satisfaits du texte élaboré à Lisbonne. Ils ne cachent pas qu’ils y voient une revanche aux Non français et néerlandais de 2005. De leur point de vue, ils ont raison. Tous les traités signés depuis Maastricht, ceux d’Amsterdam, de Barcelone, de Lisbonne déjà, demeurent la pierre angulaire de la politique économique ultra-libérale et anti-sociale de l’Union européenne :

La dictature du «marché», la «concurrence» accrue et non gênée par les services publics, la réduction des salaires et toute l’idéologie néo-libérale restent le fondement du nouveau traité, véritable reproduction du Traité de constitution européenne. Tous les peuples d’Europe en font les frais : le chômage, la pauvreté, la misère même, gagnent chaque année du terrain... car la crise s'installe ici et c'est sans issue.

L’accord de Lisbonne permet d’accentuer le processus : par une centralisation accrue et un système de vote majoritaire au sein des instances qui serait imposé aux nations récalcitrantes. Les structures anti-démocratiques de la CE empêcheront tout changement, que ce soit dans la politique économique ou dans les institutions. 

Pire : Les citoyens d’Europe sont gouvernés par une élite de collaborateurs à la botte de Washington... selon les articles sur l’abandon de souveraineté des Etats européens et le passage à une nouvelle société féodale suscité par le Traité de Lisbonne (qui a remplacé la Constitution européenne)

Le Comité Valmy qui considère que le traité de Lisbonne est illégal et illégitime publie ici l’analyse que Nicolas Fonclair nous à envoyée à ce propos.

La constitution Européenne passe par la porte de derrière : Par 560 voix contre 181 voix le Parlement a voté contre la démocratie, contre le suffrage populaire issu du 29 mai 2005.

60 % d'abstention aux élections au Parlement européen : vous avez la preuve que les gens n'ont pas confiance dans ces institutions européennes, que la voie parlementaire n'est pas démocratique, car les députés ne défendent plus les gens. Mais que complotent-ils encore pour faire valider leur Traité à Lisbonne ? Alors qu'il n'y a pas d'unanimité pour ce traité, ils veulent contourner leurs règlements... c'est quand même la marque d'une malhonnêteté incroyable ! Le Traité européen est caduque, mais ils sont en train de comploter encore pour imposer leur dictature. Le totalitarisme européen, c'est ça qu'il faut combattre ! Suite...

 
Une interface créée par :