Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

COMPLOT ET SOCIÉTÉS SECRÈTES

Le premier à lancer un signal d'alarme : Eisenhower

EisenhowerLe dernier "discours à la nation" prononcé par le général Eisenhower après 8 ans passés à la maison blanche nous mettait en garde face à la montée en puissance du complexe militaro-industriel.
Devant des millions d'Américains stupéfaits, il déclarait le 17 Janvier 1961 :
«La présence simultanée d'un énorme secteur militaire et d'une industrie de l'armement est un fait nouveau dans notre histoire. Cette combinaison de facteurs a des répercutions d'ordre politique, économique et même spirituel perceptibles dans chacune de nos villes, dans les chambres législatives de chacun de nos État qui constituent notre pays, dans chaque bureau de l'administration fédérale. Dans les organes politiques, nous devons veiller à empêcher le complexe militaro-industriel d'acquérir une influence injustifiée, qu'il l'ait ou non consciemment cherchée. Nous nous trouvons devant un risque réel, qui se maintiendra à l'avenir, d'une concentration de pouvoir en des mains dangereuses qui aille en s'affermissant.
Nous devons veiller à ne jamais laisser le poids de cette association de pouvoirs mettre en danger nos libertés ou nos procédures démocratiques. Nous devons nous garder contre le risque de considérer que tout va bien parce que c'est dans la nature même des choses. Seul un ensemble uni de citoyens vigilants et conscients réussira à obtenir que l'immense machine industrielle et militaire qu'est notre secteur de la défense nationale s'ajuste sans grincement à nos méthodes et à nos objectifs pacifiques, pour que la sécurité et la liberté puissent prospérer ensemble.» (17 Janvier 61, le dernier "discours à la nation"). Mais, bien avant, Antoine de Saint Exupéry avait écrit dans Le Petit Prince une parabole.

La montée en puissance du complexe militaro-industriel n'a jamais cessé aux USA ; il menace aujourd'hui la paix dans le monde entier, là où les complexes militaro-industriels ne font pas le poids. La tension est extrême entre les différents États, et les alliances militaires préparent une prochaine guerre dévastatrice... jusqu'à l'apocalypse final. On se prépare donc à envoyer des hommes sur une autre planète, c'est tout l'enjeu de l'exploration spaciale : la survie de l'espèce.

Kennedy nous avait averti en 1963

Dix jours avant d'être assassiné, John Kennedy avait annoncé son intention de révéler un complot contre la démocratie. Dans un discours fait à l'Université Columbia le 12 novembre 1963, il déclarait :
John Kennedy "La direction du Bureau du Président a été utilisée pour fomenter un complot pour anéantir la liberté des Américains, et avant que je ne quitte le Bureau, je dois informer les citoyens de ces conditions."
Quelques mois plus tôt, le 27 avril 1961, dans son discours devant l'association de la presse américaine (American Newspaper Publishers), il évoquait l'existence de sociétés secrètes agissant dans l'ombre, ne rendant de comptes à personne...
Comme A. Lincoln, il était et reste l’un des Présidents des USA les plus admirés de l’histoire des États-Unis. Pourtant ces Présidents furent assassinés et on ne connait même pas les commanditaires du forfait. Depuis, la fameuse "théorie du complot" est régulièrement blâmée mais elle a la vie dure puisque les faits sont avérés.

 Les révélations d'Aldo MORO (1978)

Aldo MOROPeu avant d'être enlevé, puis éliminé par les services secrets qui maquillèrent leur assassinat en enlèvement par les Gardes Rouges, Aldo Moro, après avoir dénoncé la corruption et les liens mafieux en politique, fit ces révélations :
« En ce qui concerne les aspects économiques et sociaux de l'Europe, l'objectif est le renforcement, sur une base technocratique, du mode de production capitaliste, assuré par une division opportune du travail. Cet aspect de l'Europe, étroitement liée à l'Amérique et conditionnée par elle, ne change pas avec l'évolution de la politique interne des différents pays, ainsi qu'on a pu le voir avec les conservateurs et les travaillistes en Grande-Bretagne ou les sociaux-démocrates et les démocrates-chrétiens en Allemagne occidentale. Au contraire, souvent la social-démocratie, en poussant à la création d'une base technocratique-productiviste, accélère le processus.
« Cette politique et cet état d'esprit sont entretenus par des organismes para-gouvernementaux comme la fameuse Commission Trilatérale. Un exemple souligne le sens de cette union idéologique, économique, politique et militaire. Il a eu lieu peu de temps après le début de l'ère de Kissinger.
« En 1972 ou 1973, le secrétaire d'Etat américain avait proclamé l'année de l'Europe. Il s'agissait de faire un effort et d'inscrire l'Europe dans un cadre mondial, mais selon l'orientation américaine. Il s'agissait de réduire l'Europe à une dimension régionale, laissant à l'Amérique l'espace propre à une grande puissance agissant au niveau mondial. Et ce, non seulement d'un point de vue politique, mais sur le plan économique et militaire. Les réactions ne se firent pas attendre, mais avec le temps et beaucoup d'énergie, on les contint dans le sens des exigences de la politique américaine. A l'époque, aux sièges de l'OTAN et de la CEE, on cherchait à élaborer deux chartes européennes : la première pour une mise à jour de l'OTAN en tenant compte de l'existence d'une Europe en voie d'unification, la seconde pour définir l'identité européenne, qui devait être de nature économique, politique et, dans un certain sens, militaire. Il fallait définir ses rapports dans une perspective Ouest-Est et Nord-Sud. Les négociations progressaient lentement et péniblement et les résultats étaient modestes. Car le partenaire américain, représenté par un Kissinger on ne peut plus agressif, était confronté à la nouveauté d'une pâle ébauche d'unité européenne revendiquant une autonomie réelle. Les choses continuèrent ainsi jusqu'à ce qu'une réunion, qui se tint en Allemagne grâce à la médiation de l'Angleterre et de l'Allemagne, résolût le problème en l'éliminant dans une atmosphère de club privé (c'est dans ces circonstances que se forma la Trilatérale). On ne parla plus d'une charte visant à définir l'identité et l'autonomie de l'Europe, mais on jeta les bases d'une nouvelle charte atlantiste mise au point peu après à Ottawa. Dans cette charte, la référence à l'Europe dans le contexte atlantique était très limitée, voire même inexistante. C'est ainsi qu'avorta la seule tentative faite par les Européens pour revendiquer leur identité et leur autonomie. L'espace économique, le dialogue euro-arabe, la défense armée, etc., se retrouvèrent dépendre des Américains... »

Le complot est bien réel, on ne peut le nier maintenant, mais c'est trop tard !

La grande conspiration mondiale

La théorie du complot islamique mondial et du clash des civilisations a été progressivement élaborée, depuis 1990, pour fournir une idéologie de remplacement au complexe militaro-industriel états-unien après l’effondrement de l’URSS. L’orientaliste britannique Bernard Lewis, le stratège états-unien Samuel Huntington et le consultant français Laurent Murawiec en ont été les principaux inventeurs. Elle permet de justifier, de manière pas toujours rationnelle, la croisade états-unienne pour le pétrole...suite...

 C'est un réseau d'organisations qui forme «le gouvernement mondial»... Voir aussi : illuminati, skull and bones, Trilateral Commission (ou la Tricontinental), Groupe Bilderberg...
La montée en puissance du complexe militaro-industriel et la conspiration mondiale de la haute finance américaine a atteint son but : dominer la monde.

Du rififi chez les maîtres du monde

Il arrive qu'une des personnalité soit éliminée. On n'a jamais eu de véritable enquête après l'assassinat d'Olof Palme. Au sujet de l'"affaire DSK et du piège au Sofitel de New-York" :
La guerre financière et l'élimination de Dominique Strauss-Khan.
Sur France-Inter, le discours semble vouloir discréditer que c'est un piège qui lui a été posé pour le faire démissionner du FMI, et peut-être pour l'éliminer de la candidature à la présidentielle en 2012. Mais il y en a toujours pour réfuter cela en parlant de la "théorie du complot"... à l'émission du 2 décembre à 10 h : SERVICE PUBLIC : Pourquoi croit-on au complot ?

Contrôle des esprits

De plus en plus, nous subissons un conditionnement par les médias de masse et nous ne sommes franchement pas bien informés. Une propagande sournoise (par une manipulation des mots, des formules et des slogans répétés sans cesse dans les médias, ou par des images, par des pubs à la télé) infecte notre esprit et nous n'en sommes pas toujours conscients. Les sondages publiés avant toute campagne électorale puis dans le but que chacun vote utile...

Dépêche de l'AFP du jeudi 15 mai 2009 :
Les principaux dirigeants du monde des affaires et dirigeants politiques ont été à la réunion annuelle du groupe Bilderberg pour des discussions secrètes dans une banlieue d'Athènes, sous des mesures de sécurité très strictes.
Aux environs de l'Astir Palace, l'hôtel de luxe dans la station balnéaire de Vouliagmeni où le groupe tient sa réunion annuelle, ils étaient protégés par des dizaines de policiers qui avaient gardé la presse et le public à distance, selon un journaliste de l'AFP.
Un navire de la marine grecque et des bateaux transportant des plongeurs d'élite pouvaient être vus à quelques mètres au large des côtes de la péninsule où se trouve l'hôtel. Les journaux grecs ont déclaré que le groupe avait également demandé la protection de deux avions de combat F-16 et d'un hélicoptère de la police.
Le rapport indique la présence de James Steinberg, numéro 2 du Département d'Etat américain, le secrétaire au Trésor Timothy Geithner, le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, de la Commission européenne, José Manuel Barroso, la Reine Sofia d'Espagne et la reine Beatrix des Pays-Bas, parmi ceux présents à la réunion du Bilderberg's group.
Le groupe, qui a été ne tient ses réunions annuelles - hors les pourparlers - ouvert à nos clients que depuis 1954, alimente les théories du complot et des spéculations sur ses intentions, les critiques l'accusant de comploter pour la domination du monde.
Plusieurs sources disent que le conseiller politique polonais, Joseph Retinger, l'ancien premier ministre belge, Paul van Zeeland et l'ancien chef de la direction d'Unilever, Paul Rijkens, ont organisé la première réunion à l'Hôtel Bilderberg aux Pays-Bas pour réunir les élites européennes aux élites des États-Unis considérant de plus en plus dles tensions transatlantiques depuis un demi-siècle.
Son succès a engendré des discussions similaires dans les hôtels chics et des palais en Europe, aux États-Unis et au Canada chaque année depuis.
Mais il semble que les services secrets leur servent d'armée secrète pour contrôler le monde des affaires et opérer des actions politiques en provoquant des attentats politiques déguisés en accidents. Voir également : Mindcontrol

 
 
Une interface créée par :