Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

Elections présidentielles, quelle mascarade !

On nous demande d'élire le chef d'Etat, chef du gouvernement, chef de l'armée, de la police, de la magistrature (monarque absolu), et comme il n'obtient pas la majorité, on nous fait le coup du second tour pour nous faire croire qu'il représentera alors la majorité alors qu'il était loin de l'avoir au premier tour !!!... C'est une entourloupe ! Encore plus si on tient compte de l'abstentionisme actuel !
Quand le financement occulte des campagnes électorales par les grosses entreprises privées fut largement connu, et jugé répréhensible... nos chers élus s'amnistièrent mutuellement pour finir par régler cette affaire embarrassante dans le dos des contribuables en se rétribuant gaillardement à bon compte. Résultat : Nicolas Sarkozy, a reçu 32 millions d'euros d'aide publique pour sa campagne en 2007, car les 2 principaux partis représentés sont dorénavant grassement financés par les contribuables en proportion de leur représentativité à l'Assemblée Nationale. On nous oblige à financer ces campagnes électorales alors qu'on n'en veut pas financer ces partis !

Manipulation de l'opinion par les sondages

Bien avant que les candidats soient en campagne et que les gens puissent se faire une opinion, vous êtes manipulés par les sondages. Il y a beaucoup d'indécis. Donc, avec les sondages qui ont commencé bien avant la campagne, bien avant que les gens se décident, on manipule l'opinion. On veut vous faire voter pour un candidat qui aurait d'après eux plus de chance de passer au second tour que votre candidat favori. C'est donc pour manipuler l'opinion que l'on parle de "petits candidats" et de "vote utile" :   vous ne voterez pas pour le (la) candidat(e) qui représente le mieux votre opinion !
Les sondages qui sont interdits une semaine avant le scrutin sont les moins influents, alors que ce sont ceux qui sont réalisés au début qui devraient être interdits, et aussi pendant toute la campagne !

Les machines à voter électroniques s'installent, malgré les soupçons de fraudes.
Mieux vaut ne pas voter : La grève des électeurs (Texte d'Octave Mirbeau à télécharger)

Election présidentielle = piège à cons !

« L'Etat est le plus froid des monstres froids. Il ment froidement ; et voici le mensonge qui s'échappe de sa bouche : "Moi l'Etat, je suis le peuple". » (Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche).

Vous faut-il vraiment un chef de bande armée qui vous oblige à contribuer au financement de son armée de militaires, de policiers, de fonctionnaires du fisc, et qui va vivre grassement avec l'argent de votre travail, lui qui en veut à votre patrimoine en vous taxant au maximum sur vos biens ?

Un conseil : abstenez-vous d'élire quiconque à la tête de l'Etat, de la police et des armées. Non seulement ce type est capable d'envoyer vos fils se faire tuer à la guerre, mais aussi d'engager des troupes armées pour massacrer des gens, comme cela s'est déjà vu, et donc de pousser au crime.

Les jeunes sont convoqués à un âge où ils sont influençables pour une journée d'instruction sous commandement militaire pour faire admettre le militarisme et cela devrait être sanctionné car c'est contraire à la Déclaration des droits de l'enfant (Principes 2 et 10). Drôle de "journée citoyenne" car cette méthode d'embrigadement sert au recrutement militaire. On sait que sans cela il n'y aurait pas beaucoup de militaires. Parmi les officiers, on retrouve en majorité des fils de militaires.

En démocratie le peuple est souverain, mais pas ici :
le gouvernement règne

Il faudrait exiger que nos élus signent la Charte des devoirs

Après une période de paix de 60 ans la France est en dépôt de bilan ! La faute à qui ? La crise n'en finit pas et les mauvaises nouvelles tombent régulièrement. Progressivement, les acquis sociaux sont grignotés, la Sécurité Sociale et le Code du Travail démantelés, les services publics attaqués, les médicaments déremboursés, la Constitution de la République révisée, EDF-GDF privatisés, les impôts locaux augmentés, les pensions de retraite diminuées. Le nouveau régime s'appuie sur les médias pour faire passer la pilule, sur la police pour mater les manifestants mais depuis toujours les gouvernements, sourds à nos demandes, n'ont jamais su résoudre nos problèmes. Pour justifier un budget militaire excessif et un régime policier répressif on nous bassine les oreilles de "lutte contre la délinquance" ou "contre le terrorisme" alors qu'il n'y a pas plus de terrorisme que naguère et que des affaires obscures bien plus graves sont enterrées. Quelle ploutocratie !
Le comble : alors qu'il bénéficie de tous les avantages d'un chef d'Etat ( aucun frais à sa charge), que le budget alloué au palais de l'Elysée a doublé, le Président Sarko s'offre le luxe de tripler ses revenus, bien que les finances de la France soient catastrophiques, et les députés s'offrent un parachute en or !

Le chef de l'Etat se croit au-dessus des lois et hors d'attaque devant les tribunaux, mais c'est contraire à la Déclaration Universelle des droits de l'homme adoptée en 1948 par les Nations Unies : "Tous sont égaux devant la loi", est-il écrit
La police est toujours très nombreuse à l'occasion de manifestations revendicatives, mais presque inexistante pour défendre les citoyens des malfrats, des voleurs et pour enquêter lors d'un dépot de plainte. On voit bien qu'elle n'est pas vraiment au service des citoyens. Les lois Sarkozy portent atteinte aux libertés et droits privés des citoyens. C'est un régime policier répressif (tout-sécuritaire) et totalitaire.
Quelques lueurs dans la ténèbre ?
Peu de lueurs à attendre en vérité du côté des partis alternatifs jouant le jeu des institutions.
François Hollande a été catapulté par les médias avec de faux sondages. Et Jean-Luc Mélanchon, du Front de gauche, isolé, que les médias s’ingénient à ignorer, a peu de chance d'être au second tour.

 
 
Une interface créée par :