Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

Terrorisme à la bombe atomique et aux missiles nucléaires

Le Japon a commémoré dernirement les 72 ans du bombardement d'Hiroshima, et de Nagasaki

l'aviateurVoici le colonel qui largua la bombe atomique sur Hiroshima le 6 août 1945, à bord d'un avion appelé Enola Gay : Paul Tibbets.
Les deux bombes larguées par les Etats-Unis en 1945 sur le Japon ont fait en quelques instants 140.000 victimes (pulvérisés, brûlés, déchiquetés) puis, dans les dix années suivantes, 200.000 personnes irradiées et contaminées sont décédées dans d'atroces souffrances. Cet abominable crime commis par les dirigeants des USA et leurs militaires complices laisse une rancœur chez les japonais. “Un immense hurlement emplissait l'air... Des enfants agonisaient abandonnés... 5000 cadavres entassés durent être brûlés pour éviter l'épidémie” selon le témoignage du père Arrupe. Cela fait plus de 70 ans maintenant qu'on est entrés dans l'ère atomique.
L'argument des Américains est de plus en plus contresté. Ils ont menti à ce sujet !

Hiroshima

Le "projet Manhattan", programme d'armement militaire le plus cher du monde et le plus contestable moralement qui ait été réalisé, celui de la bombe atomique, repose-t-il sur un ignoble malentendu ? A l'occasion du 60e anniversaire du bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki, les opinions publiques de nombreux pays sont profondément divisées sur le déroulement de l'événement. Rancune japonaise ou mauvaise foi américaine ? Côté japonais, on insiste sur l'absurdité des bombardements atomiques qui ont tué instantanément 140 000 personnes à Hiroshima, «femmes et enfants pour la plupart», et 70 000 autres trois jours plus tard à Nagasaki. Absurde car inutile, pense-t-on, puisque de toutes façons, le Japon était à genoux, prêt à se rendre. En juillet 1945, l’armée de l’air japonaise était anéantie et ne pouvait plus repousser les bombardiers américains. Le Japon était sur le point de capituler. Selon des journalistes de l'époque l'état-major japonais avait même répondu favorablement à l'ultimatum des américains leur signifiant de se rendre. Mais, soit le message est mal passé, soit les américains décidèrent de passer outre, car ils étaient résolus à tester leurs bombes en grandeur réelle sur des milliers de victimes civiles innocentes. D'ailleurs, pourquoi envoyèrent-ils d'abord une bombe A sur Hiroshima, puis une autre bombe sur Nagasaki ? Une seule bombe aurait largement suffi pour dissuader les japonais de continuer la guerre. En fait, c'était pour tester sur-le-champ deux techniques différentes de bombes atomiques (la matière fissible utilisée était différente : uranium 235 pour Hiroshima et plutonium 239 sur Nagasaki).

largage sur Nagasaki

Une seconde bombe anéantit donc Nagasaki le 9 Août 1945, massacrant des milliers d'innocents.
Pourquoi ? Pour expérimenter un autre type de bombe, plus puissante, au plutonium, sans scrupules.

Explosion nucléaireI. Côté américain, on nous abreuve de mensonges pour justifier ces crimes, prétendant que cela était nécessaire pour terminer la guerre ! Mais non car, en 1946, ils font exploser à nouveau deux bombes dans l'atmosphère, détruisant l'atoll de Bikini, endroit paradisiaque où vivait une population pacifique, pour tester leur effet dévastateur sur la nature et sur les navires de guerre hors d'usage présent en nombre sur la zone. La course aux armements a repris de plus belle aussitôt. Il n'y a donc pas de raison de croire la propagande relayée pas les médias pour justifier ce crime abominable. D'abord, on n'élabore pas une société humaine sur des monceaux de cadavres !
- Qu'ont-ils fait pour la cause du désarmement ? Rien, bien au contraire : dès 1948, le projet Manhattan réalisa des essais sur l'atoll de Bikini dans le cadre de l'opération Crossroads, et développa de nouvelles armes atomiques, de plus en plus puissantes. D'autre part, le désarmement était la doctrine de l'ONU après 1945, mais elle a été abandonnée depuis que les USA ont pris le contrôle de l'organisme international. La commission pour le désarmement est passée à la trappe !
- Lorsque M. Gorbatchef a proposé des accords de désarmement en août 1990, les Etats-Unis ont repoussé la proposition et ont continué à développer de nouvelles armes avec notament le projet d'un bouclier anti-missiles dans l'espace.

II. Si deux villes japonaises ont été rayées de la carte, l'arsenal d'un sous-marin Trident représente 2000 fois plus ! Dans son témoignage, Marcel Junod commence ainsi: «L’effet physique de la bombe atomique est incroyable, inattendu, dépasse toute imagination ! L’effet moral est catastrophique !» Jamais nous ne devons laisser l’indifférence nous gagner face aux terribles effets d’une arme qui met en évidence le manque d'humanité de nos dirigeants polotiques et des chefs militaires, qui bafouent les principes les plus fondamentaux du droit international humanitaire, et qui menacent l’existence même de l’espèce humaine.
Parce qu'aujourd'hui 20.000 têtes nucléaires (1 million de fois la puissance d'Hiroshima) sont réparties dans le monde et que la course aux armements ne faiblit pas, au contraire, il faut essayer d'agir, chacune et chacun, pour exiger le démantèlement des armes nucléaires existantes et l'application du traité de non prolifération nucléaire. C'est une question vitale pour l'avenir de l'humanité. Le pire danger est là, avec le projet de doctrine nucléaire américaine qui envisage l'éventualité d'effectuer des frappes nucléaires préventives contre des adversaires éventuels afin de les dissuader d'utiliser des armes de destruction massive (sic).

mururoa 1971

2053 explosions nucléaires depuis 1945

De 1945 à 1996, les puissances nucléaires ont fait exploser 2053 bombes dont 543 en atmosphère ce qui représente une puissance en énergie de près de 40.000 fois la puissance d'Hiroshima ! (Rapport parlementaire de l'Assemblée Nationale du 5 février 2002, n° 3571)

Les Grandes Puissances ont ainsi accumulé un arsenal nucléaire énorme qui n'a servi à rien d'autre qu'à ruiner indirectement des pays du Tiers-Monde (l'aide au développement a surtout consisté à les endetter jusqu'à la famine) et à gaspiller l'argent des contribuables, créant de nombreux cancers et malformations génétiques. Maintenant, nous n'avons plus les moyens financiers de démanteler des milliers d'ogives nucléaires entreposées en Russie, en France, GB, USA et ailleurs. Quelle stupidité de la part de nos décideurs !

Aujourd’hui, on estime à 30.000 le nombre de têtes nucléaires dans le monde, soit une puissance de destruction de plusieurs fois la planète. Les Etats-Unis et la Russie détiennent 90 % des armes de dissuasion massive du monde. Les bases atomiques sont en Europe, en Chine, aux Etats-Unis, en Israël, au Pakistan, en Russie, en Inde, en Corée du Sud et du Nord... Les dépenses militaires dans le monde s'élèvent à près de dix mille milliards d'Euros ...alors que toutes les 3 secondes un enfant meure de faim dans le monde !!!

On sait maintenant que la course aux armements a coûté très cher aux contribuables, avec comme conséquence l'augmentation du prix de la dette dans Tous les Etats du Monde... créant une crise sans précédent. Demandons aux Compagnies d'assurance et aux Banques les plus riches de financer le démantèlement de milliers d'ogives nucléaires entreposées dans divers pays du globe ! Il se pourrait bien que la France, notre pays, soit celui qui a réalisé le plus grand nombre d'explosions nucléaires sur une surface aussi petite.

Traité START - IV

Aujourd’hui notre monde est confronté à des crises d’une ampleur sans précédent (Réchauffement climatique, pauvreté, absence de soins, guerres, famines…) et pourtant nous sommes confrontés à une situation où les dépenses militaires mondiales, - en fait de l’argent pour tuer -, ont atteint un total de 1500 milliards de dollars. En plus, neuf pays maintiennent des arsenaux d’armes nucléaires, soit au total près de 25.000 têtes nucléaires.
Ces armes particulièrement destructrices peuvent non seulement détruire la vie sur notre planète, mais sont également utilisées comme armes politiques de terreur, renforçant l’injustifiable inégalité du monde. Des milliers de gens meurent de faim dans le monde, qui s'en soucie ?

Le président russe Dmitri Medvedev et son homologue américain Barack Obama ont signé le 8 avril 2010 à Prague un nouveau de traité de réduction des armes stratégiques offensives (START). Par 71 voix contre 26, le Sénat américain vient de ratifier le traité. Acte positif mais très insuffisant, la diminution des armes nucléaires ne change rien. Ce traité vise à diminuer de 30% l'arsenal nucléaire des deux pays. Mais cela signifie qu'il restera 1550 ogives nucléaires (au lieu de 2200) pour chacune des deux grandes puissances : de quoi faire sauter la planète plusieurs fois !

La Russie a ajouté une déclaration unilatérale supplémentaire stipulant que le traité restera en vigueur tant que la défense antimissile américaine ne menace pas le potentiel nucléaire offensif du Kremlin. Il n'est donc pas certain qu'elle ratifie ce traité. Cela ne saurait cependant cacher qu’il restera encore de quoi détruire plusieurs fois la planète. Le véritable processus d’élimination des armes atomiques serait « l’option zéro » comme objectif politique partagé.
- Il faut exiger la destruction de toutes les armes nucléaires mais aussi le désarmement général.
- Le désarmement ne se fera pas sans nous !
- Comment ? En refusant de contribuer au financement de l'armée, ce qui est notre droit d'hommes libres... car "la liberté est le droit fondamental de tout être humain." Parole de Voltaire à méditer.

En France, Sarkozy bloque toute avancée vers un désarmement nucléaire et cherche à exporter la technologie nucléaire, aux chinois comme à Kadafi sachant que le civil et le militaire y sont mêlés ! Ses décisions sont celles d'un despote, pas celles du peuple, qui ne croit plus en la démocratie !

Le militarisme moderne, cancer de l'humanité !

Non seulement ce militarisme est la ruine pour notre économie, mais c'est le bras armé de toutes les dictatures et donc un énorme danger pour la démocratie. Avec le complexe industriel qui veut exporter les armes pour rentabiliser l'affaire, la guerre nous menace partout avec son cortège d'horreurs et de sang versé. Il faut faire cesser cet engrenage infernal soutenu par le biai d'une logique absurde dite militaire que l'on nous impose sans possibilité d'en débattre. Et dire que des soldats ont servi de cobayes pendant ces essais et n'ont jamais été indemnisés ni même suivis médicalement ! Refusons de contribuer financièrement par nos impôts à ce qui est contre notre conscience (objection fiscale pour le désarmement et le droit d'en débattre librement) : agissons !

 

Aujourd'hui, on en serait à 2419 explosions nucléaires, tous pays confondus Chine, France, Inde, Pakistan, Royaume-Uni, USA, URSS. Et avec deux autres pays qui ne sont pas comptés dans le lot, en 2003, on en est à 2500 essais nucléaires. Concernant le nombre d'essais nucléaires réalisés par la France ils s'élèvent à 293 dont 49 aériennes de 1960 à 1966 : 17 au Sahara et en Polynésie Française où pendant trente ans la France y a fait exploser 210 bombes nucléaires (dont 40 en atmosphère) sur les lagons de Moruroa et Fangataufa, des îles paradisiaques. Ce qui représente une puissance égale à plus de 800 fois celle d'Hiroshima. L'état de santé des personnes civiles et militaires et des populations résidentes est préoccupant. Le mensonge d'Etat qui a poussé celui-ci à taire les dangers réels des explosions atmosphériques au mépris des habitants des Îles Gambier très proches et des populations de Polynésie.

Officiellement on reconnaît plus de 200 retombées aériennes des essais nucléaires ! Des relevés sur des salades non lavées présentaient un niveau de radioactivité équivalent à celui de Tchernobyl, apprend-on aujourd'hui. Un document classé "secret" révèle : "qu'une évacuation préventive des populations avant une explosion expérimentale est exclue pour des motifs politiques et psychologiques". Un responsable a écrit dans une note "qu'il faut minimiser les chiffres réels de façon à ne pas perdre la confiance de la population qui se rendrait compte que quelque chose lui a été caché dès le premier tir".

Les militaires et les travailleurs revenaient régulièrement sur les lagons, lieux des explosions, y préparer la suivante, et la radioactivité a fait beaucoup de victimes qui n'ont pas eu réparation en justice. Aucun suivi médical collectif n'a été organisé ni en Polynésie, ni au Sahara Algérien (là où en toute irresponsabilité criminelle, on a fait manœuvrer des militaires pendant une explosion aérienne) aucun suivi médical qui aurait sauvé des vies humaines et ceci malgré le fait qu'on savait qu'un tir souterrain sur trois provoquait des fuites (réellement combien ?) et que des retombées aériennes étaient constatées à des distances très proches mais aussi très éloignées.

Les Polynésiens, victimes des essais nucléaires de Mururoa, attendent toujours que "le nouveau décret" reconnaissant et indemnisant les victimes des essais nucléaires en Polynésie française soit publié. Une loi avait été promulguée en janvier 2010 sur la reconnaissance et l'indemnisation des victimes des essais nucléaires effectués par la France entre 1960 et 1996, auxquels ont participé quelque 150 000 civils et militaires, à l'époque. Mais... Au nom du "secret défense", on refuse toujours de communiquer les vrais relevés. Plaintes contre X, demande de levée du "secret défense", plaidoiries devant les tribunaux, le cabinet d'avocat JP Teissonnière-Topaloff-Lafforgue et l'Association des vétérans des essais nucléaires (AVEN) ont du pain sur la planche pour faire reconnaître la vérité et exiger justice devant ce qu'il faut bien appeler un certain négationnisme d'Etat.
La France a effectué un tir test de missile M51 en juin 2007 au lieu de cesser la course aux armements nucléaires. Retour

 
 
Une interface créée par :