Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

Que dire du vaccin thérapeutique anti-SIDA ?

Contrairement au vaccin préventif qui a pour objectif d'empêcher l'infection de survenir, cette "vaccinothérapie thérapeutique" vise seulement à induire ou amplifier les réactions de défense immunitaire spécifiquement dirigées contre le VIH chez les sujets déjà infectés. L'idée est de réapprendre au système de défense de l'organisme à se battre contre le VIH, de "rééduquer et renforcer le système immunitaire", a expliqué le Pr Yves Lévy. On utilise la technique de manipulation du génie génétique pour introduire des antigènes spécifiques. Jusqu'à présent, toutes les études menées sur des candidats vaccins ont été un échec.

Le 24/09/2009, on annonce une avancée déterminante mais ce "vaccin" n'est pas très efficace (31 % dit-on, sans expliquer comment on arrive à de tels conclusions). Le professeur affirme : « Il est d'ailleurs peu probable qu'on arrive prochainement à mettre au point un vaccin efficace à 100%. Il faut être réaliste. On a eu tellement de déboires dans le passé avec plusieurs candidats vaccins. » (Le Figaro).

« Jusqu'ici, 2 essais de "vaccinothérapie" administrée à des patients séropositifs contre le virus du sida (VIH) auraient donné des résultats "particulièrement encourageants", selon l'Agence nationale française de recherche sur le sida (ANRS), responsable de ces expérimentations ». France Presse (12-02-2003) :.

«Parmi les sujets vaccinés, 25% ont pu arrêter leur traitement sans problème, selon ces résultats de tests concernant 118 patients, dont 81 vaccinés, présentés mercredi à Boston à la 10e conférence américaine sur les rétrovirus. Ces résultats "préliminaires sont très positifs", estime le professeur Jean-François Delfraissy (hôpital Bicêtre, Kremlin-Bicètre), soucieux cependant comme ses collègues, de conserver "une certaine prudence". Le recul est donc d'un peu plus d'un an, maintenant. Les patients vaccinés qui n'ont pas eu besoin de reprendre leur traitement (25%) vont être suivis pendant deux ans pour voir combien de temps cela va durer. Ce qui permet d'augurer sur des "vaccins thérapeutiques" contre le sida opérationnels d'ici trois à cinq ans.»

Novembre 2004.
Premier appel public pour avoir des cobayes volontaires pour tester le "vaccin" contre le SIDA. Ceux qui prétendent que ce "vaccin est totalement inoffensif" ont-il subi la vaccination eux-mêmes avant de l'affirmer haut et fort ? Si vous avez entendu parler de vaccins anti-VIH (canary pox entre autres...) quelques-uns de ces vaccins étant en phase III... méfiez-vous.

Janvier 2005 : l'espoir d'un vaccin thérapeutique à la carte ?
Un vaccin thérapeutique contre le virus du sida mis au point par l'équipe du cancérologue Jean-Marie Andrieu (hôpital européen Georges-Pompidou, Paris) a permis d'abaisser de 80 % en moyenne la charge virale des 18 patients testés. Pour huit d'entre eux, cette réduction a même atteint 90 %, avec une efficacité d'un an, au maximum. Des chercheurs ont aussi noté l'augmentation du taux de lymphocytes CD4, des cellules du système immunitaire dont la concentration chute précisément chez les séropositifs. Le principe du vaccin consiste à réinjecter au patient ses propres cellules dendritiques des cellules sentinelles du système immunitaire chargées in vitro de virus VIH inactivé. Le mélange déclenche chez le receveur une réponse lymphocytaire spécifique avec augmentation des CD4. Préliminaire, ce candidat vaccin testé au Brésil ne prémunit pas contre l'infection, il aurait seulement une action thérapeutique qui reste à confirmer. (Sciences et Avenir n°695)

Novembre 2006 : Pas de nouvelles pistes !
En 2007 : Nouvel appel à des volontaires pour tester le vaccin préventif contre le SIDA.
L'espoir d'y parvenir un jour repose sur l'association de nouvelles associations de candidats vaccins "afin de potentialiser les effets sur l'immunité". Mais bien des obstacles restent à franchir avant la commercialisation d'un vaccin antisida.

Pourquoi ne testent-ils pas leur vaccin sur eux-mêmes ?

Il arrive que des "prostituées" des pays du Tiers Monde soient les cobayes de ce fameux vaccin qui tarde à sortir, et les malheureuses en font les frais ; comme, dernièrement, ces 22 femmes cobayes qui sont mortes du SIDA en Afrique du Sud par l'application d'un gel sensé limiter le risque d'infection !

 

Au sujet de l'élaboration d'un vaccin anti-sida, il y a deux obstacles pour l'instant et il s'agit donc d'un "vaccin thérapeutique", et non d'un vaccin :
1. Contrairement à ce qui se passe dans les infections virales classiques, le virus du sida n'est pas éliminé par les anticorps lors de la séroconversion. On voit mal comment les anticorps résultant d'un vaccin pourraient complètement éliminer le VIH alors que ce n'est pas le cas naturellement.
2. Il faudrait trouver un vaccin qui engendre la formation d'anticorps contre le très grand nombre de sous-types du VIH et contre la multitude de variants, différents d'un sujet à l'autre et chez le même sujet. Ces dernières années, des prototypes de vaccins ont été mis au point à partir de protéines virales issues de VIH de laboratoire. Leur injection à l'homme n'a pas été toxique, mais, jusqu'à présent, les anticorps ainsi obtenus ont été incapables de neutraliser le moindre virus humain. Certains chercheurs commencent à douter de la possibilité de la vaccination anti-VIH, tandis que d'autres réfléchissent à des vaccins limités à un faible taux de protection. Retour

 
 
Une interface créée par :