Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

Dissuasion nucléaire ?

La France a effectué un test de missile M51 en violation de ses engagements internationaux en Juin 2007.
Rappelons ce qu'on entend par "politique de dissuasion" et dans quel contexte :
Viser des villes avec des armes de destruction massive génératrices de pollution radioactive. Politique de dissuasion inefficace, parait-il.
Résultat : Les budgets énormes qui ont été engloutis empêchent d'aider les pays du Tiers Monde à se développer (note) et la crise économique devient mondiale puisque nos produits et services ne trouvent plus de marchés...
Parfaitement immoral et complètement idiot : c'est l'effet boomerang, cette crise !

Dessin de Cabu

19 janvier 2006. Monsieur Jacques CHIRAC avait mis en garde d'éventuels agresseurs qu'il y aurait une réponse avec possibilité d'utiliser la force de frappe nucléaire ; que la réponse serait adaptée si ce sont par des actes terroristes sur notre sol. Et Nicolas Sarkozy a réitéré avec sa grosse voix la menace. Jacques Chirac a élargi en février 2006 le champ de la doctrine nucléaire de la France en envisageant des ripostes aux Etats pratiquant le terrorisme, ou des frappes en cas de menaces sur ses alliés ou ses approvisionnements stratégiques.

Devant des équipages des sous-marins nucléaires basés à l'Ile Longue, la base opérationnelle nucléaire française, près de Brest, le président de la République a rappelé que la dissuasion nucléaire "n'est pas destinée à dissuader des terroristes fanatiques" et que la France se refuse à utiliser ses moyens nucléaires "à des fins militaires lors d'un conflit".

Pour autant, a souligné le chef de l'Etat, "les principes qui sous-tendent notre doctrine de dissuasion n'ont pas changé mais ses modes d'expression ont évolué".

Selon lui, "les dirigeants d'Etats qui auraient recours à des moyens terroristes contre nous, tout comme ceux qui envisageraient d'utiliser, d'une manière ou d'une autre, des armes de destruction massive, doivent comprendre qu'ils s'exposeraient à une réponse ferme et adaptée de notre part".

"Cette réponse peut être conventionnelle, elle peut aussi être d'une autre nature", a lancé le chef des armées en forme d'avertissement.
Alors que le recours à l'arme nucléaire était conçu jusqu'à présent comme total et définitif, le président de la République a aussi injecté une dose de flexibilité. Selon lui, face à une puissance régionale qui viserait les intérêts vitaux du pays, "notre choix n'est pas entre l'inaction et l'anéantissement".

"La flexibilité et la réactivité de nos forces stratégiques nous permettraient d'exercer notre réponse directement sur ses centres de pouvoir et sur sa capacité d'agir. Toutes nos forces nucléaires ont été configurées dans cet esprit", a-t-il déclaré.

Il a ainsi annoncé que la France avait diminué le nombre de têtes nucléaires sur certains de ses missiles, de façon à adapter ces armes à la nature de la menace, par une guerre préventive !
Chaque sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) est théoriquement équipé de 16 missiles comprenant chacun six têtes.
Le chef de l'Etat a également allongé la liste des intérêts vitaux pouvant justifier le recours à l'arme nucléaire en cas de menaces d'une puissance étrangère.
Jusqu'à présent, ces intérêts se limitaient à l'intégrité du territoire, la protection des populations et le libre exercice de sa souveraineté. M. Chirac y a ajouté "la garantie de nos approvisionnements stratégiques et la défense de pays alliés". S'ils étaient visés, cela pourrait "conduire à considérer qu'ils entrent dans le champ de nos intérêts vitaux", a-t-il dit.
Rappelant que la France consacre à la force de frappe nucléaire 10% de son budget de Défense, soit environ 3,3 milliards d'euros, M. Chirac a jugé que la dissuasion nucléaire constitue "un élément incontournable de la sécurité du continent européen". Il a estimé que l'Europe devra, "le moment venu", se poser "la question d'une défense européenne commune qui tiendrait compte des forces de dissuasion existantes dans la perspective d'une Europe forte, responsable de sa sécurité".
(Selon l'AFP) Mais ce n'est qu'une dissuasion illusoire, il l'a dit !

Bon ! En France, nous avons la force de frappe nucléaire, mais à quoi cela sert-il ?

  • Le général Gallois, celui qui est à l'origine de cette doctrine ignoble, a reconnu lui-même que la dissuasion nucléaire pouvait échouer et qu'il faudrait utiliser la bombe (Paris-Match, 15 mai 1976, page 38).
    A Avord, dans un discours sur notre armement nucléaire stratégique prononcé le 10 juillet 1976, Yvon Bourges, ministre de la défense armée, a avoué ceci :

    « La crédibilité de notre dissuasion ne suffit sans doute pas à nous prémunir contre toute agression » (Le Monde, 11-12 juillet 1976).

    C'est aussi ce qu'a écrit Monsieur Chirac dans la Revue de la Défense Nationale de mai 1975 :

    « Les armes nucléaires tactiques sont à la fois des armes de dissuasion et des armes de champ de bataille (...) si la menace qu'elles constituent en permanence ne suffit pas à décourager l'agresseur, leur emploi effectif devient nécessaire. »

  • Le compère du Général Buis, l'Amiral Sanguinetti a écrit dans Le Monde du 31 mai 1975 :

    « On ne peut pas attendre que l'adversaire ait tiré le premier ; nous ne sommes pas à Fontenoy. »

    Et enfin, le même Alexandre, quand il était rapporteur de la Commission de la Défense Nationale (novembre 1954), si l'on en croit Jean Rostand qui aimait le citer, a tenu le logique définitif et crâne propos que voici :

    « Quand j'entends parler de riposte, je réponds : bien sûr il y aura une riposte et nous savons que nous disparaîtrons de la carte de la Terre. »

    La théorie de la dissuasion est une aberration totale

  • La France a réalisé 210 essais, dont 50 en atmosphère de 1960 à 1996 au Sahara (17) et 203 en Polynésie de 1966 à 1996. Mururoa Ce qui représente une puissance égale à plus de 800 fois celle d'Hiroshima. L'état de santé des populations résidentes est préoccupant. Les essais atomiques sur les atolls de Mururoa et Fangataufa ont contaminé les eaux sans préavis. Avant l'arrivée de l'armée, la population autochtone vivait heureuse, avec une économie basée sur la pêche alors que maintenant, plus personne ne va pêcher là-bas. Ce beau paradis est irrémédiablement perdu   à cause des militaires (décès, cancers, problèmes cardio-vasculaires, fausses couches...).

  • Les retombées radioactives des essais nucléaires atmosphériques et souterrains ont entraîné la dispersion d'énormes quantités de césium 137 radioactif, de strontium 90 et d'autres isotopes cancérigènes sur l'ensemble de la planète, et ils ont été terriblement préjudiciables à l'environnement et à la santé des autochtones dans les zones d'essai, occasionnant des cancers et des malformations congénitales, d'où la colère des habitants suite aux méfaits du nucléaire militaire. Le coût des essais effectués s'élèvent à 60 milliard d'Euros. De l'argent qui est englouti pour les armes, mais que fait-on pour les victimes...? Les vétérans sont abandonnés, face à leurs problèmes, et sont très en colère.

  • Les essais nucléaires souterrains au Sahara... 3 à 4 minutes filmées sur le site d'In Eker abandonné et toujours dangereux 46 ans après, (au JT de 20 heures le 18 février 2007 sur France 2) ; Reportage complet sur France 3 (30 mn) ...reporté après le 15 mars (cause : une mise au point du Ministère de la Défense avec le Délégué général à la sûreté nucléaire qui a annulé une interview programmée avec France 3). Difficile de toujours nier la vérité !

  • Un téléfilm fiction sur un essai raté le 1er mai 1962 (Pierre Messmer irradié avec un Ministre, Gaston Palewski, décédé de Leucémie à 49 ans) où plusieurs militaires sont restés plusieurs heures dans le nuage radioactif. Titre ironique du film :" Vive la Bombe" passé sur Arte. France 2 a programmé aussi le film.

Note On a constaté finalement que la course aux armements a coûté très cher aux contribuables, avec comme conséquence indirecte l'augmentation de la dette des Pays du Tiers-Monde qu'on n'a plus les moyens d'annuler. D'ailleurs, on n'a même plus les moyens de financer le démantèlement de milliers d'ogives nucléaires entreposées dans divers Pays riches du globe ! retour texte

Des frappes nucléaires sur l'Iran sont en projet

 
 
Une interface créée par :