Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

Totalitarisme et militarisme

Quoiqu'on en dise, notre régime politique n'est pas démocratique et il y a une dérive des institutions, en France comme ailleurs. Tous les pouvoirs (exécutif, législatif, médiatique et judiciaire) sont concentrés aux mains du chef de l'Etat et de son gouvernement au profit de la raison d'état. Ce régime n'admet aucune opposition, refuse le débat démocratique, décide de tout et néglige les droits de la personne humaine (répression policière, fichage de toute la population, expulsions, tests génétiques). C'est la définition du totalitarisme.

Le cancer du monde

  • Notre monde est malade, rien ne va plus sur notre pauvre planète, il y en a même qui envisagent de migrer vers une autre. La crise mondiale vient du fait que le monde est surarmé. Les budgets militaires sont si lourds qu'on n'ose pas en parler à la population et les engins de guerre sont si ruineux qu'il faut les exportations d'armes pour rentabiliser leur fabrication. Non seulement le militarisme moderne nous ruine en prenant toutes nos économies mais en plus c'est le bras armé de toutes les dictatures, l'obstacle majeur à la démocratie, et il en résulte un engrenage infernal (preuve d'une logique absurde). Le monde civilisé est terriblement entravé par ce qui relève de la barbarie : l'armée et l'idéologie sécuritaire, le militarisme, la défense armée, propagée par tous les hommes de pouvoir, les dictateurs et les despotes. Pourquoi l'Occident (tous ceux qui se cachent derrière cette terminologie) s'acharne-t-il contre les Talibans, la Lybie, l'Iran, l'Irak et non sur Israël ? C'est tout à fait discriminatoire. En réalité, c'est notre "civilisation" qui agonise, gangrénée par le militarisme étatique et il y a de quoi être effaré devant la militarisation croissante de la société. Que fait l'armée française en Afghanistan, à part semer la mort et la désolation dans un pays détruit par trente années d’occupation étrangère et de guerres civiles, on se le demande... et pourtant la majorité des députés a voté pour la prolongation de l’intervention des forces armées françaises en Afghanistan au cours de la session extraordinaire du Parlement du 22 septembre. Sarkozy a décidé avec son homologue anglais l'intervention en Lybie. Sont-ils tous inféodés au Pentagone ? Depuis les bombardements sur la Lybie, plus rien ne fonctionne, c'est le chaos et la guerre civile... Les Lybiens veulent migrer en Europe, comme les Irakiens, les Afghans, et bien d'autres...

Tout le monde connait la différence entre civil et militaire mais personne ne voit l'opposition radicale, l'incompatibilité qu'il y a entre ces deux mondes :

le civilisé tente de résoudre les conflits par le dialogue

en cas de conflit, le militaire emploie la violence des armes

le civilisé est libre, il agit selon sa conscience

le militaire est aux ordres de la hiérarchie, dépendant, sans liberté de conscience

Comment peut-on accepter cette institution barbare totalement incompatible avec la civilisation et d'autant plus barbare que les armes sont de destruction massive et de plus en plus utilisées contre les populations ?

  • Chaque militaire est prêt à tuer à distance, à larguer des bombes sur des villes, et chaque gendarme est prêt à contrer violemment une manifestation civile et pacifique, il a des ordres du pouvoir hiérarchique en place et agit sans aucun sentiment. Il faut que ces hommes en uniforme aient subi un conditionnement sophistiqué pour faire taire ainsi leur conscience, oublier tous leurs repères moraux et accomplir sans réfléchir de tels actes inhumains.
    Car tout homme civilisé a une éducation morale, une conscience, qui l'empêche de se comporter ainsi sans réfléchir. Les mœurs civiles sont policées, mais ici, au sein de notre civilisation, nous voyons tout un monde différent de nous qui, sous prétexte de nous défendre, nous prend notre pognon et notre sang pour préparer et faire la guerre. On nous oblige à financer ce que nous détestons le plus. La violence est réservée au pouvoir en place; pas question pour nous de refaire la Révolution en criant : "Aux armes, citoyens"... nous n'en avons pas !
    Ainsi, il est sidérant pour un pacifiste d'être obligé de financer l'armée, outrage suprême à sa conscience, et personne n'a la force de le dénoncer ! La liberté de refuser de collaborer, de contribuer à la financer, c'est un droit fondamental, pourtant, car la liberté est un droit humain fondamental, comme disait Voltaire. Nous revendiquons le droit à l'objection fiscale. L'argent est le nerf de la guerre. Refusons de contribuer au budget de l'Etat militaire et policier actuel. Non à l'impôt militaire !

«L'Etat de droit n'est plus qu'une illusion.»

Le constat est amère, car l'état de droit qui règne normalement en République s'amenuise tellement qu'il devient un leurre ! Les droits de l'homme ? Ils sont de plus en plus bafoués, piétinés, oubliés par les pouvoirs en place. La démocratie ? Rien qu'une façade pour les beaux discours et derrière, rien que des pourris. Les élections ? un simulacre. Le suffrage est universellement perverti par la manipulation de l'opinion. Les lois du marché ? La croissance molle et le développement durable ? ça ne change rien : d'un côté le profit, des gains de productivité, de l'autre le chômage, la misère. Avec le nouveau libéralisme, déjà anti-social par nature, les injustices sont flagrantes et les inégalités se creusent de plus en plus. Mais le plus grave, c'est le militarisme envahissant et tout le complexe militaro-industriel ! Vous voulez la paix ? Eux préparent la guerre !  Vous voulez vivre heureux grâce aux progrès de la civilisation ? Non, la loi de programmation militaire confisque tout. Et le gouffre de la dette ne les arrête pas : tous les petits rois veulent leur armée. Bon, s'ils veulent la guerre, eh bien ils l'auront !

  • Le pouvoir qui entrave notre civilisation repose sur les armes... et la civilisation en meurt. On sait maintenant pourquoi les civilisations sont mortelles ! Il n'y a pas de liberté et pas de droit dans ce monde militarisé. L'état de droit est un leurre, une illusion, et les élections sont des simulacres pour une démocratie de façade qui cache bien autre chose... comme la LIBERTÉ, l'ÉGALITÉ et la FRATERNITÉ, mots inscrits sur les frontons de nos bâtiments publics mais principes bafoués pourtant.

  • Pensant que "là où les hommes sont frères les armes sont inutiles", les Sages de l'Ancienne Egypte avaient essayé de construire un monde plus fraternel... Ce fut la seule civilisation qui rayonna plus de 3 500 ans, malgré les invasions. Pas facile de se défendre face à des barbares surarmés qui violent le droit international, mais opposer la violence à la violence, c'est faire le jeu de l'adversaire. Il existe mille autres moyens pour se défendre (les traités sur le sujet existent), et les petits pays comme le Costa Rica, totalement démilitarisés, sont là pour démontrer qu'il est possible et souhaitable de se passer d'armée...

 
 
Une interface créée par :