Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

Grippe A / H1N1 : la psychose

Une panique organisée

Psychose de la grippe, miroir de la société marchande, le profit pour les Labos est grand quand la corruption au gouvernement est habituelle et que la presse répercute les rumeurs !
"Gravité clinique modérée, du même ordre de grandeur qu'une grippe de forte épidémie saisonnière. Gare à la démesure des actions préventives !"... Suite...

Le professeur de médecine Bernard Debré affirmait pourtant que la grippe A/H1N1 "n'est pas dangereuse" et que la mobilisation contre la pandémie "ne sert qu'à nous faire peur", dans une interview parue dans le Journal du Dimanche 27 juillet 2009.
"Cette grippe n'est pas dangereuse. On s'est rendu compte qu'elle était peut-être même un peu moins dangereuse que la grippe saisonnière.", déclare le Pr Debré, par ailleurs député UMP de Paris.
"Il y a des cas répertoriés en France, mais seulement des personnes déjà fragilisées par une autre affection. C'est une plaisanterie ! ", lance-t-il. "Oui, cette grippe se diffuse très vite. Et après ? Un malade en contamine deux ou trois, contre un pour une grippe classique. Mais cela reste une grippette, ce n'est ni Ebola, ni Marburg", souligne-t-il. "Il y a peu de cas répertoriés en France. Va-t-on se mettre à comptabiliser les diarrhées ?"modelisation
Il estime qu'en France "les vaccins ne seront pas prêts avant le 15 novembre" c'est-à-dire "lorsque le premier pic de contamination sera passé." Selon lui, "les gouvernements n'avaient pas vraiment d'autre choix que de suivre", après que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) eut, "de façon un peu rapide, commencé à gesticuler, avec des communiqués quotidiens et des conférences de presse à répétition". Mais il leur "reproche d'avoir ensuite succombé à une surmédiatisation politique de cet événement."
"Tout ce tintamarre ne sert qu'à vous faire peur", ajoute-t-il.

La presse a relayé l'alerte avec une modélisation virtuelle destinée à faire peur

En France, la ministre Roseline Bachelot a commandé 96 millions de doses de vaccin anti-grippal parce que le laboratoire recommandait 3 doses/personne. Heureusement, les gens font encore confiance à leur système immunitaire, car il parait que beaucoup ont été contaminés par ce virus sans le savoir et ont été guéris naturellement grâce à leurs défenses immunitaires. Finalement, comme les gens ne se sont pas précipités pour se faire vacciner, il reste plus de 60 millions de doses en trop !

Lourd bilan comptable

Le gouvernement a fait les comptes de la campagne de vaccination. Si la "pandémie" de grippe A n'a fait «que» 312 décès en France cet hiver, la campagne de vaccination, qui a coûté plus de 670 millions d'euros, restera dans la mémoire collective. En fait, avec 79 millions de doses de vaccin commandés, c'est 363 000 000 € dépensés pour rien, 122 € par Français !

Mutation du virus de la grippe A

Le H1N1 est un virus de type A moins dangereux que le H5N1 (parmi les plus dangereux car leur taux de mutation élevé avec un pouvoir antigénique les rendent résistants aux défenses immunitaires).
H comme Hémaglutinine (protéine du virus qui varie sans cesse), H5 est une variante chez les volailles d'un des 15 sérotypes d'hémaglutimine, une protéine à la surface des virus qui leur donne leur marque de fabrique.
N comme neuraminidase (l'enzyme qui va déchirer la membrane des cellules infectées pour qu'elles libèrent les nombreuses particules virales fabriquées en son sein).

Pour qu'un virus animal s'attaque à l'homme, il lui faut franchir la barrière immunologique d'espèce, ce qui réclame des modifications antigéniques majeures, (avec des risques pour l'existence même du virus). Malgré tout, les virus ont de nombreux atouts pour vaincre ces difficultés... et une mutation est toujours possible. Les mutations génétiques spontanées sont le moteur de l'évolution des virus.

Il faut savoir qu'un virus est un fragment d'ADN (ou d'ARN) qui parasite les cellules vivantes pour se reproduire en grand nombre. Cela n'a rien à voir avec une bactérie ou un germe car il ne meurt pas, et les antibiotiques n'ont aucun effet sur les virus. On fabrique des médicaments "antiviraux" mais ici, "La seule solution serait de vacciner préventivement", parait-il. Un course contre la montre... mortelle ! Les traitements et les vaccins sont sans effet car les laboratoires sont pris de court par la rapidité des mutations (modifications antigéniques).

Mise sur le marché d’un vaccin non testé

Saviez-vous que jusqu’à ce printemps, une pandémie ne pouvait être déclarée que si le nombre des morts dépassait le nombre moyen de victimes d’une épidémie. Pour la grippe A (H1N1), ce critère a été tout simplement abandonné. A ma connaissance, il y a eu à peine un millier de morts dans le monde entier. Toutefois, selon l’OMS, chaque année 500 000 personnes meurent d’une grippe saisonnière sans que l’on en entende parler. Saviez-vous également que le vaccin contre la grippe A (H1N1) va être mis sur le marché au mois d’octobre sans qu’on en ait testé les effets secondaires ? Tout simplement parce qu’on n’a pas le temps. Pour que les sociétés pharmaceutiques évitent la ruine, les ministères de la Santé américain et britannique ont signé un décret qui dispense les fabricants de payer des dommages et intérêts au cas où la population souffrirait d’effets secondaires.
La raison en est que 40 millions d’Américains ont été vaccinés en 1976 dans le cadre d’une campagne menée par les autorités après le déclenchement d’une grippe porcine et que des milliers de personnes ont réclamé des dommages et intérêts parce qu’elles avaient contracté le syndrome de Guillain-Barré. Je ne voudrais pas assimiler la Suisse aux Etats-Unis mais je me sens de plus en plus mal à l’aise quand je pense à ce que les gouvernements peuvent prendre comme mesures sanitaires d’urgence simplement parce que l’OMS a déclaré la pandémie de grippe A (H1N1). Dernier détail piquant: L’OMS, responsable de la surveillance de l’apparition de pandémies ou d’épidémies à travers le monde, a annoncé sur son site web quelle ne continuera pas à suivre l’évolution de la grippe A (H1N1). Combien de temps faudra-t-il attendre pour que nous ne soyons plus l’objet de mesures de sécurité préliminaires ?
Source : www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=1765

Grippe aviaire

L’industrie avicole est à l’origine de la crise de la grippe aviaire H5N1...
le H5N1, dernière mutation du virus ayant renforcé son pouvoir antigénique.
Cet article montre bien que, dans cette affaire, la basse-cour est innocentée, et l’industrie avicole coupable. Grippe aviaire : quelques aperçus d’une crise prévue.
On croit ce qu'on veut bien croire (Pensée de Blaise Pascal)
Mais alors... c'est une farce, voyez donc : Qui est le dindon de la farce ?

Dépêche du 13 août 2008 :
Le virus H5N1 de la grippe aviaire a contaminé 358 personnes et fait 243 victimes humaines depuis 2003. Il a également entraîné l'abattage de 300 millions de volailles. (...) Il existe des centaines de souches des virus de la grippe aviaire mais seulement quatre - le H5N1, le H7N3, le H7N7 et le H9N2 - ont contaminé des humains.

La grippe aviaire est-elle arrivée jusqu'en France ?

Lu dans Ouest-France :
" Après la découverte d'oiseaux sauvages morts de la grippe aviaire en Italie, en Grèce, en Autriche et en Allemagne, depuis une semaine, ce n'est pas une surprise. Dans la plupart des cas, les animaux retrouvés étaient des cygnes tuberculés, poussés vers l'Ouest par la vague de froid..."
- Pourtant, les oiseaux ne migrent pas d'Est en Ouest, mais du Sud au Nord ou du Nord au Sud. Ce phénomène de migration suit les saisons, naturellement ! Il y a de quoi être sceptique quand on entend dire que la grippe aviaire qui vient menacer nos volailles jusqu'en France est colportée par les oiseaux migrateurs venant d'Asie !

 
 
Une interface créée par :