Retour Nouvelles cliquez Alertes Suite Contact
Accueil Liens Galerie Aide Dossiers Archive Documents Réformes
     

DEMOCRATIE DIRECTE ET DEMOCRATIE INDIRECTE

En démocratie, le peuple est souverain. Mais en réalité le peuple ne peut être sujet et souverain. On imagine mal une assemblée rassemblant tout le peuple pour régler les affaires communes. On a donc promu une démocratie indirecte, où les citoyens sont représentés par les députés, élus par le peuple, qui doivent débattre pour légiférer dans une assemblée : c’est le pouvoir législatif. Ensuite, il y a l’administration qui doit exécuter les décisions et faire appliquer les lois. Séparation des pouvoirs oblige !

...Mais voilà où cela cloche depuis les guerres mondiales : insidieusement, le pouvoir exécutif a pris trop d’importance, et avec la police et l’armée, il gouverne, il propose les lois, il ordonne et décrète, et justifie son autorité par le suffrage universel. Il n'y a plus séparation des pouvoirs !  La chambre des députés n’est plus qu’une chambre d’enregistrement, et le sénat une maison de retraite pour les politiciens non réélus... Les élections ne sont pas un gage de démocratie, ce sont juste les peintures de la façade qu'on dit "démocratique". Depuis 1968, il n'y a pas eu de referendum pour résoudre une question simple et claire. On nous a présenté des textes très longs et totalement illisibles pour la plupart des citoyens : Traité de Maastricht, Traité constitutionnel pour l'Europe... une Europe de monarques. L’adhésion de la France à l’Union européenne est incompatible avec la Constitution française. Elle viole les principes structurels intangibles de notre Constitution, à savoir le principe démocratique de séparation des pouvoirs, le principe de l’Etat de droit, le principe de l’Etat social et des services publiques, qui ne sont pas à la disposition du "marché" parce que cela supprimerait la fraternité/solidarité, mais aussi la liberté et l’égalité, donc le respect de l’être humain. La manipulation des masses a fait capoter la France dans l'absurde situation où elle est. Faute de débat de fonds, les citoyens votent à l'aveugle ! Cette fois-ci il y a J-L Mélenchon et ça change tout !
Bref, nous voilà en monarchie, avec un chef d’Etat, chef des armées, chef de la magistrature, chef du gouvernement et de la police, et, comme le "suffrage universel" cache un jeu de dupes, les gens se laissent abuser. Et comme ce petit roi n’a plus de pouvoir politique, économique ni monétaire, il se concentre sur la répression policière et sur l'armée : le pouvoir économique est transféré à l’Union européenne, à une "Banque centrale" privée et le pouvoir monétaire à d’autres institutions internationales américaines (FED). C’est la ploutocratie au niveau mondial. Postdémocratie pour des postmodernes ? On nous fait signer des pétitions sur Internet pour ceci ou pour cela, mais cette action militante est inefficace parce que virtuelle, marginale. Le Web n'est pas un lieu où l'on peut espérer retrouver la démocratie. Il faudrait des manifestations et des actions beaucoup plus massives...

Les grands commis de l'Etat nous ont trahis !

Le Conseil d’Etat avait rendu public un rapport le 20 mars 2003 : “perspectives pour la fonction publique”, lequel revenait à programmer la fin des services publics. Il ne restera que la police et l'armée, juste de quoi mater les révoltes populaires.

DECENTRALISATION NEO-LIBERALE : EN MARCHE VERS LA DEREGLEMENTATION !
Le Sénat à donc adopté en 2ème lecture le 2 Juillet 2004, le projet de loi qui organise le transfert de compétences de l'Etat aux Collectivités locales dans ce qu'il appelle l'acte II de la décentralisation. Après celui sur celui sur l'autonomie financière, il s'agit de la mise en place d'un processus qui organise la déréglementation des territoires et n'assure pas le transfert des ressources correspondantes. Cela aura pour conséquence de mettre les collectivités locales en difficulté financière et entraînera un accroissement des investissements privés dans les secteurs jugés rentables selon les seules lois du marché, et des hausses de taxes foncières et d'habitation.

Le nouveau Traité européen préparé par Merkel et Sarkozy s’imposera tel quel. Au sommet pour la renégociation du Traité MES François Hollande « considère que les négociations ont abouti ». Mieux : « l’Europe a été réorientée comme il convient » dit-il. Stupéfiant ! Le nouveau pouvoir avalise ainsi la politique européenne du précédent. Le libéralisme va s’aggraver, la souveraineté des citoyens sur leur budget est réduite à rien. Tous les diktats des libéraux ont été avalisés. Ils forment dorénavant une nouvelle construction dont la cohérence satisfait pourtant également François Hollande. Il s’en réjouit et le présentera au nom de son gouvernement devant le parlement !

La démocratie occidentale : une farce et une escroquerie

Dans les élections au "suffrage universel" il faut voir une belle entourloupe pour justifier tous les abus de pouvoir. On nous demande d'élire des guignols qui n'ont aucun programme politique et économique et n'auront aucun pouvoir puisqu'ils ont cédé leurs compétences à des eurocrates de Bruxelles. Depuis 2001, le taux d'abstention dépasse 50 % à chaque élection.
On peut donc dire que ce sont les abstentionistes qui sont majoritaires, malgré le magouillage qui consiste à ne pas les compter dans les suffrages. Les candidats qui obtiennent soi-disant la majorité ne représentent au maximum que 30 % des électeurs, en fait. Et on appelle cela le “suffrage universel” !

Chaque jour qui passe ajoute à l’image frauduleuse de ce qui est appelée la démocratie occidentale. Suite.... - (rédigé par Paul Craig Roberts - 2011-11-04)

DECLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN

  • Art. 1. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

  • Art. 3. Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

  • Art. 14. Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.

  • Art. 15. La Société a le droit de demander compte à tout agent public de son Administration.

  • Art. 16. Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution (démocratique).

Ploutocratie : régime politique où la bourgeoisie tient les rennes du pouvoir.

 
 
Une interface créée par :